Source : Sonia boulimique des livres

 

Informations :

Titre : sept endroits où disparaître

Auteur : Olivier Vojetta

Éditeur : Chloé des Lys

Nombre de pages : 172 pages

Format et prix : broché 22 €

Date de publication : 6 décembre 2021

Genre : lecture bilingue

Résumé :

Un écrivain est quelqu’un dont l’obsession première est de faire en sorte que le mot et ce qu’il désigne ne fassent plus qu’un. Il vit toujours dans le fantasme que les mots donnent à la réalité son cadre. Et lorsque l’on a une seule idée en tête, se débarrasser de ses souvenirs d’enfance devenus des embrasements de douleur, noyer cette souffrance sans plaisir ni regret, il n’est pas étonnant que l’on choisisse les mots pour se proposer un autre monde.
Les mots font du trapèze, du fauteuil roulant, du youyou sur le fleuve, et bien d’autres choses encore, autrement plus sérieuses. Les mots font vivre les êtres. Et les mots créent un cosmos de substitution qui n’est pas simplement imaginaire. La littérature n’est pas seulement de l’ordre de la fiction. C’est une possibilité d’univers différent, ni au-dessous, ni au-dessus, mais à côté, et dont la légitimité est la même que ce qu’on appelle « la vraie vie ».
Celle qui pique, celle où on tombe, où l’on se fait mal. Dans un livre, on peut tomber. Dans un livre, on peut se faire mal. Dans un livre, on peut partir à la guerre. Dans un livre, on peut se faire frapper. Dans un livre, on peut mourir. Dans un livre, on peut même disparaître. Le point commun le plus évident aux nouvelles réunies ici est qu’elles m’ont permis de me soustraire au monde, et à moi-même.
Certaines ont été publiées, dans divers recueils collectifs, puis sont devenues introuvables. Conformément à ce que je viens de dire, j’espère qu’elles pourront servir à d’autres que moi. Qui, en effet, n’a jamais eu envie de disparaître au moins une fois dans sa vie ? Disparaître par une trappe qui soudain s’ouvrirait sous les pieds du fauteuil. Pof ! Un trou, une oubliette, rien de plus, rien de moins.
Le cliché de la trappe, nous sommes nombreux à y avoir pensé, comme ça serait commode ! Oui mais voilà, dans la vraie vie, cela n’existe pas. C’est, en somme, la raison d’être de cette publication.

Mon avis :

Olivier nous propose avec « Sept endroits où disparaître » un ouvrage original : sept nouvelles apportant de l’évasion, en français dans la première partie, et traduites en anglais dans une seconde partie. Voilà une très belle initiative.

J’ai navigué entre les deux langues, commençant certaines nouvelles par la version anglaise, d’autres par la version française. J’ai ressorti mon vieux dico d’anglais ! Alors, j’avoue que lire en anglais n’a pas été de tout repos, cela m’a demandé bien plus de concentration, vous vous en doutez. Mais cela m’a rappelé de bons souvenirs : il doit y avoir une dizaine d’années, j’avais découvert la collection bilingue du livre de poche, j’avais tenté l’expérience avec plusieurs auteurs américains, et j’avoue que j’y avais pris beaucoup de plaisir.

Au début de chaque nouvelle, Olivier nous précise quand et dans quel contexte le texte a été écrit. Car comme précisé dans le résumé, ce sont des nouvelles éditées séparément, et pour certaines, désormais introuvables.

L’Australie, pays d’adoption d’Olivier, est bien représentée, le thème de l’évasion est creusé sous des formes bien différentes. Où souhaitez-vous vous évader ? Dans un jardin parfumé, un océan bleu turquoise, entre les bras d’un amour passionné, ou tout simplement dans une rue ?

La plume d’Olivier est délicate, sensible et très poétique. Avec des textes courts mais que j’ai trouvé très percutants, il s’attarde sur certaines tranches de vie, nous met l’esprit un peu en vrac, et nous permet de passer un bon moment de lecture. Olivier a réussi à m’embarquer en quelques pages, j’ai trouvé l’évasion entre les pages de ses récits. C’était le but !

Certaines nouvelles m’ont interpellée plus que d’autres :

  • Celui qui m’a appris à voir

Voilà une vision édulcorée de la prison, de ses murs clos, et de son pouvoir d’évasion dans un jardin magnifique. Jardin existant vraiment dans cette prison, ou bien mirage merveilleux telle une oasis en plein milieu du désert ? A vous de le découvrir. 

Il n’empêche que j’ai eu une drôle de réaction à la lecture de ce texte : le narrateur profite des journées interminables de son emprisonnement pour lire autant qu’il peut. Je me suis prise à rêver d’être coincée dans une cellule, avec ma PAL. N’avoir rien d’autre à faire que lire. Quel bonheur ! Je ne suis pas normale, vous confirmez ?

« Il a transmis son savoir, son humanité. A tous, sans aucune distinction, sans aucun jugement. Son ambition était de faire de cette prison un jardin de l’espoir. Pour s’extraire du lieu et pourtant y être vraiment. »

  • Soirs de Paris

Écrite en hommage à l’auteur japonais Natsume Soseki, cette nouvelle retrace l’histoire d’un père et d’un fils, dans un Paris blessé par les attentats de 2015. Elle donne la place belle également à la lecture et aux livres. 

« Pour lui c’était ça le problème avec la télévision, les réseaux sociaux, l’Internet : on lit ce qui apparaît sur l’écran alors qu’on devrait toujours sélectionner ce qu’on lit, ce qu’on voit, quand on a besoin de le lire, de le voir. »

  • Nativo

Cette nouvelle, la plus longue, est découpée en 4 mini chapitres. Nous passons un peu de temps avec Carmen, qui s’inquiète pour son père, toréador. La tauromachie et ses dangers sont développés de manière poétique, cette nouvelle m’a beaucoup touchée, dans le sens où cette pratique me révolte. 

Je vous conseille ce recueil si vous appréciez les nouvelles, et si vous avez envie de tester vos connaissances en anglais, tout en ayant une issue de secours, à savoir, la traduction française !

Je remercie Olivier pour cette lecture.