Auteur : Shaheen Abegglen

Titre : La vie au hasard

Editeur : Editions Chloé des Lys

ISBN  978-2-87459-263-8

Prix : 17,10€

Poids du livre : 240 grammes

Dimensions : 145 mm X 205 mm

182 pages

========================================================================

9782874592638_1_75

 

Un court extrait

 

Chapitre sept

 

Kyra, je ne la verrai pas avant le dernier samedi du mois. Ainsi a été arrêtée la nouvelle prescription légale, La solitude se renouvelle quotidiennement  et j’en souffre. Lorsque je n’en peux plus du temps qui passe lourdement, de la durée qui pèse, je me rends chez Sarah, le seul être auprès duquel je ne feins pas. Pour me rendre chez elle,  je longe des rues semblables comme des épingles dans un couffin, en touchant ici et là le tronc d’un arbre endeuillé dans la splendeur de l’automne –  en deuil de ses feuilles, de ses fleurs,  comme moi-même de ma raison autant que de ma raison d’être. Le deuil, je m’en rends compte, ce n’est pas un drame. C’est la routine de la perte dont les roues parfois se voilent et refusent d’avancer.

 

Sarah est une personne sans âge, elle a la douceur de ceux dont l’intellect a lâché les rênes.  Chez elle on sent que les sentiers raboteux du moi ont été aplanis. L’agressivité comme la vanité ne s’y révèlerait  même plus à la loupe. Son studio, petit et propre, sent parfois le tabac de la cigarette occasionnelle qu’elle allume, une odeur qui a tout pour me rassurer.

Biographie

 

Shaheen Abegglen,  écrivain bilingue de nationalité suisse, a fait ses études  à l’université de Neuchâtel  avant d’exercer  son métier de professeur de langues dans différentes écoles du pays. Elle est mariée, a une fille et  habite la capitale helvétique. Ecrire,  la lecture et la politique comptent parmi ses activités habituelles.  

 

Résumé du livre

 

Un couple se sépare, quoi de plus banal? La loi du plus fort s’en mêle et conduit inévitabelemt  au règlement de comptes. Alors commence la vraie odyssée, l’aventure affreuse et sauvage de la survie des faibles. Tous les écorchés du divorce le savent, leurs victimes de choix leur progéniture également.  Une femme , à qui on a enlevé son enfant le plus légalement du monde,  se débat contre la folie, mais arrive tout de même à faire face au quotidien. Une petite fille, privée de mère, tout à coup assume une posture d’adulte et lutte contre les démons aussi bien de la négligence que de la surveillance serrée.  Mère et fille connaissent un parcours parallèle semé d’embûches parfois déchirantes, parfois cocasses, avant que leurs chemins ne se croisent définitivement. Le miracle se produit.  L’endurance fait dissiper l’ombre de l’absence et jaillir la lumière des retrouvailles. Ce roman intimiste, athée et religieux à la fois et jonché de tous les refus, nous laisse une fois refermé plus sensible à la détresse d’autrui, plus à l’écoute de nous-mêmes.  L’histoire est contée pour ainsi dire à fleur de peau dans  « un style très personnel, naturel » qui renferme des « instants de magnifique langage » (Chloé des Lys).